1. Présentation
  2. Historique
  3. Son but
  4. Les valeurs et la volonté associative

PRESENTATION DE L’AAPH

L'Association Ardennaise pour la Promotion des Handicapés est une Association type loi 1901, créée en avril 1971. Elle est composée de 80 membres bénévoles venant de tous les horizons socio-professionnels, parents ou non de personnes en situation de handicap.

Elle est administrée par un Conseil d'Administration d'une vingtaine de membres avec à sa tête un Président.
Son siège social est à CHARLEVILLE MEZIERES, au 3 de la rue Jean Moulin.

L'Association Ardennaise pour la Promotion des Handicapés a créé avec l'aide de l'Etat et l'appui des Administrations Compétentes un Etablissement et Service d’Aide par le Travail (E.S.A.T.) - Ex Centre d’Aide par le Travail (C.A.T.) comportant 6 Ateliers implantés à :

  • BOGNY-SUR-MEUSE
  • CHARLEVILLE-MEZIERES
  • DONCHERY
  • LA FERTE SUR CHIERS
  • RETHEL
  • VOUZIERS

A ce jour, 359 personnes en situation de handicap, hommes et femmes, sont accueillies dans les différents ateliers.

Une Entreprise Adaptée est située à DONCHERY, employant 25 personnes en situation de handicap.

Avec l'aide du Conseil Général un Foyer d'Hébergement comportant deux lieux de vie, un à CHARLEVILLE-MEZIERES, 79 Cours Briand où 12 résidents hommes et femmes adultes peuvent être accueillis et un à SEDAN, 6 rue Jules Clin pouvant accueillir 11 résidents adultes en chambres individuelles.

La direction, la gestion, le fonctionnement des différents établissements créés par l’Association sont assurés par 89 salariés.

HISTOIRE DE L’ASSOCIATION

L’Association Ardennaise pour la Promotion des Handicapés (A.A.P.H) a été créé pour assurer la gestion de l’ESAT.

En 1969, les animateurs de la délégation départementale du Secours Catholique se sont interrogés sur la situation des personnes adultes « handicapées » dans les Ardennes. Au total près de 500 personnes (médecins, travailleurs sociaux, militants familiaux ou engagés politiques, etc.…) ont participé à cette grande réflexion.

M. Avril, 1er Directeur de l’AAPH, nous présente les débuts de l’association :

L’A.A.P.H. s’est donc créée en 1971. Les dates ci-dessous résument les moments importants de son histoire :
 
  • 1er Avril 1971 : dépôt des statuts en préfecture et installation de la direction et administration des établissements à Charleville Mézières,
  • 1971 : ouverture d’un atelier à Buzancy,
  • 1972 : ouverture d’un atelier à Sedan,
  • 1973 : ouverture d’un atelier à Charleville Mézières,
  • 1976 : ouverture d’un atelier à Bogny sur Meuse et à Rethel,
  • 1977 : ouverture d’un atelier à Margut.

Au fil du temps, l’association a adapté ses ateliers aux diverses missions qu’elle s’est engagée à poursuivre. Aussi, l’atelier de Buzancy a-t’il été transféré à Vouziers en 1975 et celui de Margut à La Ferté sur Chiers en 1989.

Ses ateliers, qui étaient installés au début dans de « grandes maisons » ont disparu pour laisser la place à des bâtiments industriels avec accès aux poids lourds. L’association fit l’acquisition d’équipements de manutention (chariots élévateurs, …), de machines industrielles (menuiserie,..) pour adapter l’outil aux personnes accompagnées et aussi permettre leur épanouissement socioprofessionnel.

SON BUT

Son but est d’étudier et de réaliser toute initiative favorisant la Promotion des Personnes en situation de handicap par une activité de travail et professionnelle adaptée plus une intégration sociale optimale.

PREAMBULE DES STATUTS

L’Association Ardennaise pour la Promotion des Handicapés a été créée en 1971, à l’initiative des militants de la délégation des Ardennes du Secours Catholique.

Son but est d’étudier et de réaliser toutes initiatives favorisant la promotion des Personnes en situation de handicap par une activité professionnelle adaptée et une intégration sociale maximum.

Elle déplore

La tendance qui consiste à exclure les Personnes en situation de handicap d’un monde qui tend à faire croire que la production seule donne un statut social, où seuls les hommes sains s’adonneraient à une construction énergique du monde, bâtissant une société idéale, faite et habitable par les forts.

Elle pense

Qu’en présence des Personnes en situation de handicap, l’homme sain ne peut oublier sa fragilité, comme en témoignent les affrontements inévitables de l’accident ou de la maladie, prolongés bien souvent par le handicap.

Elle adopte et fait sienne

En l’étendant aux handicapés physiques, les articles 3 et 4 de la déclaration des droits des déficients mentaux, proclamés par la Ligue Internationale des associations d’aide aux handicapés mentaux, le 24 octobre 1968 et les dispositions de la Loi du 11 février 2005 :

  • La Personne en situation de handicap a droit à la sécurité économique et à un niveau de vie décent. Elle a le droit d’accomplir un travail productif ou d’exercer toute autre occupation utile.
  • Elle a le droit de vivre au sein de sa famille ou d’un foyer s’y substituant, de
  • participer à toutes les formes de vie communautaire et de s’adonner à des activités récréatives compatibles avec son état. Si son placement en établissement spécialisé est nécessaire, le milieu et les conditions de vie devront être aussi proches que possible de la vie normale.
  • La Personne en situation de handicap doit être protégée contre toute exploitation, abus ou traitement dégradant.

Elle se propose de créer

  • des postes de travail, insérés dans la vie sociale normale, Etablissements et Services d’Aide par le Travail et Entreprise Adaptée ayant pour objectifs essentiels de permettre à des Personnes en situation de handicap, considérées comme n’étant pas en mesure de trouver ou de conserver un emploi dans les conditions habituelles de travail, l’accès à une forme de vie professionnelle adaptée à leurs possibilités, cette vie professionnelle leur apportant, avec des éléments d’épanouissement humain et d’insertion sociale, des ressources matérielles, lesquelles, complétées par les allocations attachées à l’exercice de cette activité professionnelle, leur permettront de vivre libres, sans devoir recourir à l’hospitalisation, le jour où ils viendront à perdre tout soutien familial. Les Etablissements et Services d’Aide par le Travail et l’Entreprise Adaptée sont ainsi conduits à vendre au public ou à leurs clients donneurs d’ordres, leur production propre, les travaux de sous-traitance et les prestations de service qu’ils exécutent.
  • des places en Foyers permettant aux plus démunis familialement une meilleure insertion sociale.

Elle entend

Ne pas limiter ses activités au seul travail protégé, mais d’œuvrer par tous les moyens pour aider les Personnes en situation de handicap à réaliser leur promotion d’Homme et de Femme, dans le plus grand respect de leur liberté individuelle et en évitant de les prendre en charge plus qu’il n’est strictement nécessaire.

 

LES VALEURS ET LA VOLONTE ASSOCIATIVE

QUI SOMMES-NOUS ?

L’Association Ardennaise pour la Promotion des Handicapés a été fondée en 1971 à l’initiative des Militants de la Délégation des Ardennes du Secours Catholique et son but est d’étudier et de réaliser toutes initiatives favorisant la promotion des Personnes en situation de handicap, par une activité professionnelle adaptée et une intégration sociale maximum.

QU’EST-CE QUI NOUS ANIME ?

L’Association Ardennaise pour la Promotion des Handicapés a fait sienne,

  • la Déclaration des Droits des Déficients Mentaux, proclamées, le 24 octobre 1968, par la Ligue Internationale des Associations d’Aide aux Handicapés Mentaux, en l’étendant aux Handicapés Physiques,
  • les dispositions de la Loi du 11 février 2005.

Elle affirme que la Personne en situation de handicap a droit :

  • à la sécurité économique et à un niveau de vie décent,
  • d’accomplir un travail productif ou d’exercer toute autre occupation utile,
  • de vivre au sein de sa famille ou d’un foyer s’y substituant, de participer à toutes les formes de vie communautaire et de s’adonner à des activités récréatives compatibles avec son état. Si son placement en établissement spécialisé est nécessaire, le milieu et les conditions de vie devront être aussi proches que possible de la vie normale

Elle insiste sur le fait que la Personne en situation de handicap doit être protégée contre toute exploitation, abus ou traitement dégradant.

A ce titre, elle a fait de la promotion de la bientraitance et de la démarche d’amélioration continue de la qualité, deux des axes prioritaires de sa politique.

A QUI NOUS ADRESSONS-NOUS ?

L’Association a pour but d’étudier et de réaliser toutes initiatives favorisant la PROMOTION et le parcours des Personnes adultes en situation de handicap par une activité professionnelle adaptée et une intégration sociale optimale, conformément aux exigences du préambule de ses statuts.

Elle entend ne pas limiter ses activités au seul travail protégé, mais d’œuvrer par tous les moyens pour aider les Personnes en situation de handicap à réaliser leur promotion d’Homme et de Femme, dans le plus grand respect de leur liberté individuelle et en évitant de les prendre en charge plus qu’il n’est strictement nécessaire

Le projet associatif est une volonté des administrateurs, il était attendu par les acteurs de terrain, notamment suite à l’évaluation interne des structures gérées par l’AAPH. Ce projet constitue une référence interne à l’AAPH dans une perspective de communication interne et externe et se doit d’être ouvert aux évolutions.

COMMENT AGISSONS-NOUS ?

Pour assurer aux personnes qu’elle accueille une prise en charge adaptée à leur handicap, l’AAPH a créé des établissements diversifiés :

• l’ESAT qui accueille actuellement 359 personnes et dont les activités sont réparties sur 6 sites implantés sur l’ensemble du territoire ardennais ;

• Un foyer d’hébergement qui accueille aujourd’hui 21 travailleurs en ESAT ;

• Une entreprise adaptée.

Un directeur Général, sur la base du projet associatif, définit le projet d’établissement, veille à son application au quotidien et à sa nécessaire évolution. Il est également le garant des moyens qui permettront à chaque membre de son équipe de mettre en œuvre les réflexions, les projets et les actions tendant à améliorer la prise en charge des personnes accompagnées et à répondre à leur besoins et attentes.

Le directeur général travaille en étroite collaboration avec tous les cadres et responsables d’atelier qu’il réunit bimensuellement ou mensuellement, afin qu’ils puissent s’informer, échanger et coordonner leurs actions.

Chaque année, les budgets prévisionnels de fonctionnement sont soumis aux financeurs (État et/ou Conseil Général) après avoir été préalablement examinés et approuvés par les administrateurs.

Dans le cadre de la mise en œuvre de leurs projets, les différents établissements sont amenés à se rencontrer et à s’enrichir mutuellement. Chaque fois que possible, les moyens sont mutualisés et une dynamique de coopération, entraînant personnes accompagnées et salariés, se matérialise, tant dans le quotidien (cafétéria, sous-traitance), que ponctuellement (fêtes, manifestations exceptionnelles).

Hormis pour l’Entreprise Adaptée, chaque établissement est doté d’un Conseil de la Vie Sociale. Pour l’ESAT, il est composé de :

  • 14 représentants des personnes accompagnées ;
  • 2 représentants des représentants légaux ;
  • 2 administrateurs de l’AAPH,
  • 2 représentants des salariés,
  • 1 parent chargé d’aider les personnes accompagnées.

Pour le foyer d’hébergement, la composition du CVS est la suivante :

  • 6 représentants des personnes accueillies,
  • 2 administrateurs de l’AAPH,
  • 2 représentants des salariés.

Le Président du Conseil de la Vie Sociale est toujours élu parmi les représentants des personnes accompagnées.

Le directeur ou son représentant participe aux réunions qui ont lieu au moins trois fois par an. Les comptes-rendus détaillés de ces réunions sont diffusés aux membres du conseil, afin que toutes les personnes concernées puissent être tenues informées des questions posées et des réponses données.

Ainsi chacune d’elles a un droit de regard, peut donner son avis, faire des propositions et obtenir des réponses sur les fonctionnements des établissements.

AVEC QUI AGISSONS-NOUS ?

Les personnes accompagnées

L’AAPH tient à rappeler que les personnes accompagnées sont au centre de son action. Ainsi, chacune d’elle participe à l’élaboration de son projet personnalisé, est associée à l’organisation des différents évènements institutionnels.

Les familles et les tuteurs légaux

Par leur connaissance de la personne accompagnée, les familles et tuteurs légaux sont des partenaires incontournables des professionnels.

Dans le respect du consentement de la personne accompagnée et de son statut d’adulte, une indispensable coopération s’organise notamment autour de l’élaboration, la mise en œuvre et le suivi du projet individuel.

L’AAPH informe et guide les familles dans leurs démarches et les invite à participer au conseil d’administration, à des réunions d’information, à des moments festifs…

Les salariés

Ils sont les acteurs essentiels de la mise en œuvre des projets.

Quelque soit le poste occupé, chaque salarié doit savoir qu’il est au service de la personne accompagnée et, qu’à ce titre, son travail mérite considération.

La qualité de la prise en charge étant influencée par l’ambiance de travail, l’AAPH se fait un devoir d’offrir à ses salariés des conditions de travail optimales (locaux, matériel, formation) favorisant le développement de leurs compétences.

Les instances prévues par la Loi (Délégués du Personnel, Comité d’Entreprise, Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail) ont été mises en place et l’AAPH veille à ce qu’elles fonctionnent activement dans un esprit de concertation et de dialogue permanent.

Enfin, l’Association à chaque fois que c’est possible, valorise l’initiative et la compétence professionnelles par la promotion interne.

Les bénévoles

Les bénévoles font don de leur disponibilité, de leurs compétences, pour développer des actions complémentaires à celles menées par les professionnels auprès des personnes accompagnées.

En retour, l’Association leur procure des lieux d’approfondissement tels que des groupes de travail, des journées séminaires….

Les partenaires économiques

L’AAPH s’attache notamment à l’intégration professionnelle et sociale des personnes handicapées.

Leur contribution à l’activité économique conduit l’AAPH à s’organiser pour établir des relations partenariales avec un réseau d’entreprises appartenant soit au secteur ordinaire de travail soit à celui du travail adapté.

Les financeurs et partenaires techniques

Fidèle à ses principes, l’AAPH travaille en totale transparence avec ses partenaires :

  • L’État pour l’ESAT ;
  • Le Conseil Général des Ardennes pour le foyer d’hébergement ;
  • La MDPH.

Au-delà des procédures réglementaires, l’AAPH apporte sa contribution aux différentes études et diagnostics qui peuvent être conduits en partenariat avec les Pouvoirs Publics et la MDPH.

Les autres associations œuvrant dans le domaine du handicap

L’AAPH est adhérente à la FEGAPEI, syndicat des employeurs. Elle participe également, ainsi que ses salariés, aux réunions de travail d’autres organismes, tels que ANDICAT, URIOPSS ….

QUEL AVENIR SOUHAITONS-NOUS ?

Pour les années à venir, les projets de l’association s’appuient sur les nécessités engendrées par les évolutions, notamment démographiques, les constats établis lors de l’évaluation interne de l’ESAT et du foyer d’hébergement, ainsi que sur la réglementation.

Il s’agit notamment de :

  • Développer l’offre de service de manière à participer à la couverture des besoins repérés sur ses bassins d’intervention,
  • Répondre aux orientations des schémas départementaux et régionaux, et des plans nationaux de santé publique (Alzheimer, Lutte contre le Cancer, Nutrition, Tabac, etc.).
  • Mutualiser les moyens entre établissements au sein de l’association,
  • Développer les coopérations dans le cadre d’un déploiement progressif et raisonné dans le but d’optimiser l’usage des fonds publics mais avec la volonté de respecter son identité, comme de respecter l’identité de ses partenaires :
    • Par des accords de partenariats et/ou des conventions,
    • Par la recherche de nouveaux partenaires.
  • S’adapter à l’évolution des besoins de la population de manière à lutter contre toute forme d’exclusion ou d’isolement,
  • Prendre en compte la vie affective et sexuelle de la personne accompagnée, conformément aux dispositions de la charte nationale des droits et libertés de la personne accueillie,
  • Etre attentif aux questions de santé, de bien-être psychologique et à l’entretien physique du corps,
  • Favoriser les relations des familles et tuteurs légaux avec l’association et les établissements,
  • Initier et développer les collaborations entre administrateurs et professionnels de l’association.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur.